Fin 2006, une nouvelle réglementation (arrêté du 12 septembre 2006) est venue renforcer l’encadrement de l’utilisation des produits phytosanitaires en introduisant une nouvelle obligation : celle de la gestion des effluents de pulvérisation.
La CAPL a sélectionné deux procédés de gestion de ces effluents sur l’exploitation, agréés par les pouvoirs publics et adaptés à la diversité des situations rencontrées :

  • Le dispositif HELIOSEC® repose sur le principe de déshydratation naturelle des effluents phytosanitaires. L’effluent est dirigé vers un bac étanche contenant une bâche. Sous l’effet combiné de la chaleur et du vent, l’effluent se déshydrate jusqu’à l’obtention d’un extrait sec. Au terme de cette déshydratation, l’ensemble (bâche + extrait sec) est orienté vers un centre agréé pour y être détruit.
  • Le dispositif PHYTOBAC®/BIOBAC® reprend le principe des lits biologiques permettant la rétention des effluents phytosanitaires et la dégradation des substances actives et de leurs métabolites par voie microbiologique. Les effluents phytosanitaires sont dirigés vers des bacs étanches remplis d’un substrat composé de terre et de paille nécessaires au développement d’une large gamme de micro-organismes et au maintien d’une porosité adéquate.
    L’utilisation d’une cuve intermédiaire de stockage des effluents phytosanitaires permet de réguler l’humidité des bacs grâce à un apport régulier et déterminé de ces effluents, gage d’un bon fonctionnement du PHYTOBAC/BIOBAC.

Afin de déterminer la pertinence du choix de l’un ou de l’autre dispositif, la CAPL procède systématiquement à un diagnostic technique précis prenant en compte le matériel et les pratiques de l’agriculteur. Ce diagnostic permet d’évaluer le volume d’effluents générés chaque année sur son exploitation et d’orienter le choix vers le dispositif technico-économiquement le mieux adapté.

ScreenShot044

Directeur de Publication : Aline GASSER

© GroupeCAPL